Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NOURRITURE TERRESTRE

"Un Homme qui n'est plus capable de s'émerveiller a pratiquement cessé de vivre." Albert EINSTEIN

NOURRITURE TERRESTRE

BORNÉO ISLAND 🇮🇩

Un voyage né d'une rencontre dans un endroit improbable, aux Philippines, avec une famille française faisant le tour du monde et revenant de Bornéo avec des anecdotes plein la besace; des histoires d'Orang Outan, de Nasiques, de jungle et de gentillesse, à faire briller les yeux du premier voyageur venu. Le projet a muri et poussé par un besoin irrésistible de fuir cette bonne vieille Europe bouffie d'orgueil, ambitieuse, perdue, et surtout retrouver mon rythme naturel, j'ai mis le cap sur l'ile sauvage pour m'enivrer de nature, de simplicité, de silence et de poésie.

Un séjour pas simple à organiser car les parcs nationaux semblent malicieusement protégés par des agences réceptives et il est inévitable pour certaines étapes de réserver préalablement...À Bornéo, difficile d'improviser, je conseille de planifier son circuit en amont pour ne pas perdre de temps et le fil du séjour...pour ma part, j'ai fait un mix des deux...j'ai organisé certaines étapes et utilisé une agence pour d'autres...

De plus compliqué de se déplacer...il faut jongler avec les taxis, les chauffeurs et surtout les vols intérieurs qu'il faut évidemment réserver préalablement avec des compagnies "Rock'n Roll" !!! Pour louer une voiture il faut un permis international et les distances sont souvent contraignantes...voilà, vous avez compris, c'est un séjour pas si facile que ça à construire, qu'il faut, je le répète, penser en amont et élaborer avant de venir...j'ai rencontré certaines personnes habituées à voyager à la "roots" et j'ai pu constater une énorme perte de temps...

C'est le vert foncé que j'ai principalement visité avec les deux parties, Sarawak et Sabah...la partie indonésienne semble passionnante mais c'est une autre organisation et un autre voyage....qui me plairait bien de faire évidemment !!!

Ci-dessus le circuit de mon séjour et par ordre croissant les étapes successives...Vous verrez les différents moyens de locomotion utilisés lors de chaque étape grâce aux petites figurines en dessous des images (🚕 ✈️ 🚤 🛶 🚘 🚐 🚌) et celles organisées avec un réceptif par ce logo (🌐)...

1) MÉTÉO

2) KUCHING

3) PARC NATIONAL de BAKO ❤️

4) BATANG AI ❤️

5) SEMENGGOH

6) GUNUNG MULU ❤️

7) SELINGAN ISLAND ❤️❤️

8) SEPILOK

9) KINABATANGAN RIVER ❤️

10) DANUM VALLEY ❤️❤️

11) BRUNEI

12) KOTA KINABALU ❤️

13) C0NCLUSION

 

🌀

Voyager n’est jamais une question d’argent mais de courage.

Paulo COELHO

BORNÉO est la troisième île du monde et la plus grande île asiatique, sa superficie est d'ailleurs plus importante que celle de la France (743 330 km2)...si si...elle est partagée de manière inégale entre 3 états souverains, Brunei (1%), la Malaisie au nord (Sarawak et Sabah soit 26%) et l'Indonésie au sud (73%)...Elle est incluse (selon) dans les Grandes Îles de la Sonde, magnifique voyage en perspective dont nous reparlerons !!!!

  • Population : env. 20 millions ha (Sarawak-->2,6 Millions ha / Sabah-->env.3,4 / Brunei-->env.450 000 ha / Kalimantan--> env.16,5 Millions ha)
  • Densité : 27 ha./km2
  • Monnaie : le Ringgit ( environ 1 euro =4,70 Myrt environ...cliquez ici pour le change )
  • Religion : musulmane, christianisme, bouddhisme, taoïsme, hindouisme et animiste
  • Ethnies : 700 groupes ethniques--> les "Ibans" plus grande ethnie du Sarawak  
  • Langues : malais, indonésien, mandarin, cantonnais, anglais et autres dialectes

🌀

Se réveiller seul dans une ville étrangère est l’une des sensations les plus agréables au monde

Freya STARK

✈️

La porte d'entrée de l'île, une ville douce et agréable à visiter que j'ai survolée en deux jours...l'occasion de me remettre à l'endroit après un long voyage de 2 jours aussi et près de 19h de vol...je suis parti déambuler dans les rues, profiter de la quiétude des quais et de la vie adjacente..d'un côté les vieux quartiers historiques et de l'autre une vie plus sauvage et authentique, celle des Kampungs, des petits villages/quartiers indépendants figés dans le temps et véritables cellules de vie...

Les premiers regards sont toujours importants dans un voyage et je ne pouvais mieux commencer...il a suffit de traverser le fleuve Sarawak à l'aide d'un passeur à l'ancienne, une sorte de "Charon" local, pour me retrouver entouré de visages accueillants et souriants, ceux des enfants et étudiants, une jeunesse qui semble déterminée à être heureuse dans une ville douce et apaisante.

Le Parlement Législatif du Sarawak, est une soucoupe volante située près du Fort, parfait endroit pour des hommes qui sont sur une autre planète...9 étages d'une "presque" pagode chinoise, quelques caractéristiques architecturales malaises pour ne pas froisser les susceptibilités, un toit en dôme et une lucarne en pinacle à 120 mètres du sol, c'est ça la justice, juste un gros épouvantail qui fait peur aux volatiles...👀   

Jadis un sultan du Sarawak prit un léopard pour un gros chat et décida de donner le nom de Kuching (chat en malais) à la capitale du Sarawak. Une autre légende voudrait que sur les bords de la rivière on trouve des lychees que les locaux appellent "oeil de chat". Ce qui expliquerait pourquoi Kuching a une véritable vénération pour les félins. 🐱

Enfin selon la rumeur, mais les habitants semblent ne prêter qu'une légère attention à ces racontars !!! 

Quelques statues de chats comme il en existe partout dans la ville...les félins sont glorifiés et statufiés ce qui leur confère force, gloire et respect...Quelques statues de chats comme il en existe partout dans la ville...les félins sont glorifiés et statufiés ce qui leur confère force, gloire et respect...Quelques statues de chats comme il en existe partout dans la ville...les félins sont glorifiés et statufiés ce qui leur confère force, gloire et respect...

Quelques statues de chats comme il en existe partout dans la ville...les félins sont glorifiés et statufiés ce qui leur confère force, gloire et respect...

Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...
Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...
Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...
Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...

Ici pêle-mêle, les abords du fleuve Sarawak avec des scènes de vie foisonnantes, des bateaux et des jonques sublimant le paysage avec leur décor plein de couleurs, des pêcheurs taillant la glace à l'ancienne pour gpréserver la fraîcheur des poissons et un "Charon" de 70 ans, pas si diabolique que ça et juste heureux de saluer le jour présent...

Une pancarte dissuasive pour vous rappeler la présence de redoutables sauriens dans le fleuve Sarawak, juste au cas où vous auriez envie de faire trempette...triste fin que de mourir démembré et faisandé !!!

Une pancarte dissuasive pour vous rappeler la présence de redoutables sauriens dans le fleuve Sarawak, juste au cas où vous auriez envie de faire trempette...triste fin que de mourir démembré et faisandé !!!

Quelques graffitis qui me sont si chers, de véritables fresques murales qui donnent un aperçu de la vie locale et de l'âme de l'endroit...sans oublier l'emblème du Sarawak, le Hornbill (ou Calao) que j'apercevrai plus tard en parcourant la rivière Kinabatangan...Quelques graffitis qui me sont si chers, de véritables fresques murales qui donnent un aperçu de la vie locale et de l'âme de l'endroit...sans oublier l'emblème du Sarawak, le Hornbill (ou Calao) que j'apercevrai plus tard en parcourant la rivière Kinabatangan...
Quelques graffitis qui me sont si chers, de véritables fresques murales qui donnent un aperçu de la vie locale et de l'âme de l'endroit...sans oublier l'emblème du Sarawak, le Hornbill (ou Calao) que j'apercevrai plus tard en parcourant la rivière Kinabatangan...
Quelques graffitis qui me sont si chers, de véritables fresques murales qui donnent un aperçu de la vie locale et de l'âme de l'endroit...sans oublier l'emblème du Sarawak, le Hornbill (ou Calao) que j'apercevrai plus tard en parcourant la rivière Kinabatangan...Quelques graffitis qui me sont si chers, de véritables fresques murales qui donnent un aperçu de la vie locale et de l'âme de l'endroit...sans oublier l'emblème du Sarawak, le Hornbill (ou Calao) que j'apercevrai plus tard en parcourant la rivière Kinabatangan...

Quelques graffitis qui me sont si chers, de véritables fresques murales qui donnent un aperçu de la vie locale et de l'âme de l'endroit...sans oublier l'emblème du Sarawak, le Hornbill (ou Calao) que j'apercevrai plus tard en parcourant la rivière Kinabatangan...

🌀

Tout ce que vous avez à faire, c’est décider de partir. Et le plus dur est fait.

Tony WHEELER (Lonely Planet créateur)

Cliquez sur l'image pour RÉSERVER son séjour ❤️

🚕

Un incroyable coup de coeur ❤️...parti un matin la tête à l'envers (sans doute conséquences du voyage, du décalage et d'une année épuisante), dans un taxi qui aurait pu me mener aux portes de l'enfer sans que je m'en aperçoive, je suis arrivé au"jetty", la jetée ou le port comme vous voulez, où j'ai balbutié dans un état second quelques mots d'anglais pour un bateau individuel à destination des rives du parc.....et là sitôt assis dans l'embarcation, magie des sens et des énergies, magie du voyage et de l'esprit, je me suis mis en mode aventure comme je sais si bien le faire, j'ai abandonné tout le bagage de médiocrité et de vulgarité que je trainais depuis la France et comme un ballon qui reprend sa forme, j'ai absorbé tout ce qui m'entourait et ce que mon "boat driver" me disait...le séjour commençait ici, au Parc National de Bako... 

Cliquez sur l'image pour voir les différents trails (🦶🏻👣)

 

 

 

 

 

 

 

Un séjour organisé seul, sans agence, juste avec l'erreur "distraite" d'avoir réservé simultanément deux nuits dans deux bungalows différents, bref, mais surtout le plaisir d'être dans un endroit béni des Dieux. Ici la nature vous tend les bras, chante son bonheur et offre son plus bel apparat, le jour et le soir...partout la diversité et des balades pour découvrir l'archipel et ses richesses....des plages de sable aussi blanc qu'un linceul, et aussi dangereuses que la mort...une île très belle mais hostile si on oublie les principes de prévoyance et de tempérance que sont les règles de l'existence.

J'ai compris le message sur le bateau à l'aller en découvrant la jambe de mon boatdriver, atrophiée par la piqure d'un "raie pastenague", attaqué, un jour, alors qu'il sautait de son bateau...une île initiatique qui nous rappelle qu'il ne faut jamais céder à l'euphorie et garder toujours raison lorsque votre cerveau vous emmène dans un tourbillon d'ivresse chimique...

Cliquez sur l'image pour agrandir ce que j'ai fait (en bleu et rouge).

Cliquez sur l'image pour agrandir ce que j'ai fait (en bleu et rouge).

Le nasique ou Proboscis Monkey est la véritable star de l'endroit car on vient principalement pour le voir évoluer dans son environnement...un intrigant primate immortalisé par Hergé dans les aventures de Tintin ("Vol 714 pour Sydney") et qui a fait la légende de Rastapopoulos, le pire ennemi de notre intrépide reporter.

Là il était devant moi, loin de l'image que je m'en faisais, beau et émouvant, triste et libre, détaché mais intrigué, il respirait l'intelligence, sans méfiance mais avec justesse, jetant sur nous les humains un regard curieux nous situant néanmoins à notre juste valeur, rappelant que nous représentons juste un maillon de la chaîne et que sur cet île, nous ne sommes que des invités "tolérés"... 

Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...
Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...
Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...
Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...

Si la nature est heureuse, alors les animaux le sont aussi....aussi simple que cela, la plante pousse où elle veut et dans la direction qu'elle choisit, sans préoccupation et les animaux vont sans se soucier là où la nourriture est la plus abondante...c'est un peu le principe de la Liberté...

 

Les plages ont ce charme subtil des endroits abandonnés, peu ou pas fréquentés car il faut dire que chaque randonnée sous un soleil de plomb est une véritable épreuve, surtout au retour quant il faut puiser dans les forces restantes pour regagner les pénates. À Bako on ne se baigne plus, c'est fini le bon temps, la mer a ses gardiens datant du crétacé et l'appréhension a fait le reste...jamais je n'ai vu plage si blanche et si délaissée...pourtant la tentation est grande, mais la raison et la peur le sont encore plus...   

Alors pour mieux sentir les embruns caresser notre peau et chasser la frustration, il suffit de demander à un pêcheur sur la plage de nous faire visiter l'île, ou du moins une partie de la côte,  pour découvrir les formidables concrétions rocheuses datant de plusieurs centaines d'années et multitudes de petites criques sur lesquelles parfois se déversent une cascade heureuse...on est dans la forêt primaire et sauvage, celle des King Kong, Apocalypto, Jurassic Park, Anaconda et autre Mowgli...celle qui fait rêver, alimente l'imaginaire et donne le goût de l'Aventure...

À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...
À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...
À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...
À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...
À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...
À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...
À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...
À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...
À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...
À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...

À faire défiler !!! Un festival de plages, de sable chaud et doré, de paysages enchanteurs, mais une mer hostile avec la présence peu engageante de bons vieux crocodiles gourmands et friands de touristes...

Et tout autour de l'île, des pêcheurs que l'on peut apercevoir tôt le matin profiter de l'abondance poissonneuse, à l'écart des allées et venues des touristes, surtout venus voir le gros nez des nasiques ou apercevoir l'oeil sournois et effrayant de  quelques crocodiles à la surface des eaux...ils sont la poésie et le rythme du lieu car ici on ne se presse pas, on prend son temps,...on semble heureux !!!

Ici en image, quelques bébés requins tombés dans les mailles de ce pêcheur pour le plus grand plaisir de mon oeil et ma caméra...j'en ai même fait la page de garde de mon calendrier 2023 pour le ton des couleurs et les courbes harmonieuses de la scène...

 

3 photos, prises le jour de mon arrivée et celui de mon départ...je me demandais si ces pêcheurs locaux avaient conscience de la beauté exceptionnelle de leur environnement et en les observant évoluer j'ai eu une intuition de réponse, car ici, le travail est fait sans stress, il s'ajoute simplement à la langueur du temps qui passe au rythme de la pêche du jour...un bébé requin, un mini moi des "dents de la mer" et une méduse impressionnante, apparemment peu dangereuse, dans les bras de ce Monsieur tranquille et tout sourire...3 photos, prises le jour de mon arrivée et celui de mon départ...je me demandais si ces pêcheurs locaux avaient conscience de la beauté exceptionnelle de leur environnement et en les observant évoluer j'ai eu une intuition de réponse, car ici, le travail est fait sans stress, il s'ajoute simplement à la langueur du temps qui passe au rythme de la pêche du jour...un bébé requin, un mini moi des "dents de la mer" et une méduse impressionnante, apparemment peu dangereuse, dans les bras de ce Monsieur tranquille et tout sourire...3 photos, prises le jour de mon arrivée et celui de mon départ...je me demandais si ces pêcheurs locaux avaient conscience de la beauté exceptionnelle de leur environnement et en les observant évoluer j'ai eu une intuition de réponse, car ici, le travail est fait sans stress, il s'ajoute simplement à la langueur du temps qui passe au rythme de la pêche du jour...un bébé requin, un mini moi des "dents de la mer" et une méduse impressionnante, apparemment peu dangereuse, dans les bras de ce Monsieur tranquille et tout sourire...

3 photos, prises le jour de mon arrivée et celui de mon départ...je me demandais si ces pêcheurs locaux avaient conscience de la beauté exceptionnelle de leur environnement et en les observant évoluer j'ai eu une intuition de réponse, car ici, le travail est fait sans stress, il s'ajoute simplement à la langueur du temps qui passe au rythme de la pêche du jour...un bébé requin, un mini moi des "dents de la mer" et une méduse impressionnante, apparemment peu dangereuse, dans les bras de ce Monsieur tranquille et tout sourire...

🌀

Le voyageur voit ce qu’il voit, les touristes voient ce qu’ils sont venus voir”

G.K CHESTERTON

🚘 🛶🌐

Après les charmes de Bako, direction un nouveau Parc National, celui de BATANG AI à la frontière de l'Indonésie...l'occasion de goûter à la vie tribale, de partager le quotidien d'une ethnie qui existe ici depuis 4 siècles, les IBAN et leur mode de vie en Longhouse...plusieurs heures de voiture en compagnie d'un guide, l'adorable DUKE (car on ne peut faire cette expérience sans guide ni agence réceptive), une heure environ de pirogue sur le lac artificiel du parc national de Batang Ai et me voilà arrivé à destination, là où auparavant les moeurs en vigueur étaient de couper les têtes en guise de Bienvenue, et parfois preuve d'Amour.

Ici l'embarcadère, le "Jetty" plein de poésie et de couleurs où l'on prend les pirogues pour accéder aux villages "Longhouse", découvrir l'univers des Iban et profiter de la jungle qui les protège.

Une communauté très hiérarchisée...

Une communauté très hiérarchisée...

Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.
Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.
Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.
Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.

Sitôt débarqué, on accède aux LONGHOUSE...c'est simple, c'est un habitat commun, un long couloir parsemé de logements où le principe communautaire crépite au firmament des systèmes mis en place par l'Homme dans l'histoire de l'humanité. Intéressant de voir l'organisation de cette société avec un organigramme précis et respecté, un chef de tribu et des "commissions" réparties intelligemment.

Quand je suis arrivé au camp, j'ai été surpris de voir autant de tatouages sur le corps des hommes (quelques femmes aussi)...un art "populaire" chez moi (la névrose est très populaire), mais plus  culturel et spirituel chez eux comme dans beaucoup de sociétés ancestrales (Polynésie, Japon, Maori,...) 

Autrefois, le tatouage faisait partie intégrante de la vie des Iban, il était nommé le "Bejelai" et était assimilé à un voyage, une expérience initiatique. À chaque tâche exécutée et maîtrisée, à chacun de ses retours au village, le jeune guerrier ajoutait un tatouage sur son corps à un emplacement bien défini, support visuel illustrant ses récits d'aventure et hauts faits. D'ailleurs, un jeune Iban obtenait son premier tatouage à l'âge de 10-11 ans lequel représentait une fleur d'aubergine dessinée sur chaque épaule et symbolisait le début de son voyage d'homme.

On dit même que le tatouage devient lumineux dans l'au-delà pour que le tatoué puisse être repéré par ses ancêtres...

"Oublier ses ancêtres , c'est être un ruisseau sans source, un arbre sans racines"

Proverbe Chinois

Puis tout autour il ya la jungle et ses secrets, son univers de chasse et de pêche, de cueillette et de culture, et LA technique ancestrale de pêche qu'un pêcheur Iban a bien voulu (euh essayé) m'enseigner lors d'une sortie inoubliable...
Puis tout autour il ya la jungle et ses secrets, son univers de chasse et de pêche, de cueillette et de culture, et LA technique ancestrale de pêche qu'un pêcheur Iban a bien voulu (euh essayé) m'enseigner lors d'une sortie inoubliable...Puis tout autour il ya la jungle et ses secrets, son univers de chasse et de pêche, de cueillette et de culture, et LA technique ancestrale de pêche qu'un pêcheur Iban a bien voulu (euh essayé) m'enseigner lors d'une sortie inoubliable...
Puis tout autour il ya la jungle et ses secrets, son univers de chasse et de pêche, de cueillette et de culture, et LA technique ancestrale de pêche qu'un pêcheur Iban a bien voulu (euh essayé) m'enseigner lors d'une sortie inoubliable...Puis tout autour il ya la jungle et ses secrets, son univers de chasse et de pêche, de cueillette et de culture, et LA technique ancestrale de pêche qu'un pêcheur Iban a bien voulu (euh essayé) m'enseigner lors d'une sortie inoubliable...Puis tout autour il ya la jungle et ses secrets, son univers de chasse et de pêche, de cueillette et de culture, et LA technique ancestrale de pêche qu'un pêcheur Iban a bien voulu (euh essayé) m'enseigner lors d'une sortie inoubliable...
Puis tout autour il ya la jungle et ses secrets, son univers de chasse et de pêche, de cueillette et de culture, et LA technique ancestrale de pêche qu'un pêcheur Iban a bien voulu (euh essayé) m'enseigner lors d'une sortie inoubliable...Puis tout autour il ya la jungle et ses secrets, son univers de chasse et de pêche, de cueillette et de culture, et LA technique ancestrale de pêche qu'un pêcheur Iban a bien voulu (euh essayé) m'enseigner lors d'une sortie inoubliable...Puis tout autour il ya la jungle et ses secrets, son univers de chasse et de pêche, de cueillette et de culture, et LA technique ancestrale de pêche qu'un pêcheur Iban a bien voulu (euh essayé) m'enseigner lors d'une sortie inoubliable...

Puis tout autour il ya la jungle et ses secrets, son univers de chasse et de pêche, de cueillette et de culture, et LA technique ancestrale de pêche qu'un pêcheur Iban a bien voulu (euh essayé) m'enseigner lors d'une sortie inoubliable...

Loin de l'urgence du Monde moderne...

Loin de l'urgence du Monde moderne...

🌀

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux

Marcel PROUST

🦧

DÉFINITIONCentre de Réhabilitation:

"La réhabilitation psychosociale est une approche thérapeutique destinée à favoriser le rétablissement des personnes ou espèces qui vivent avec des troubles psychiques". 

Ici on recueille Orangs-Outans sauvages traumatisés et retrouvés blessés, orphelins ou gardés illégalement en captivité par des abrutis, puis on les rééduque en leur apprenant à grimper dans les arbres, faire leur nid et trouver de la nourriture.

Selon l'UICN (🦧👀), l'Orang-Outan est tout simplement une espèce en danger critique d'EXTINCTION du fait de la déforestation (cliquez), (destruction de son habitat naturel) (satanée huile de palme, stupide humain qui reste son principal prédateur et est à l'origine de sa disparition), du braconnage et de l'exploitation forestière illégale.

 

🦧

Une légende indonésienne raconte que les Orangs-Outans peuvent parler, mais ont choisi de se taire à tout jamais, de peur d'être forcés à travailler en cas de capture. Voilà une espèce qui me plaît !!! C'est de l'intelligence pure que de fuir le genre humain (et dire qu'ils partagent 97% de leur génome avec nous) ❤️

Je vous invite à découvrir cet homninoïde génial dans cet excellent article de NATIONAL GEOGRAPHIC 👀

Cliquez image ❤️

Anecdote 🎬: dans "Le livre de la Jungle" de Walt Disney (1967) adapté du roman de Rudyard Kipling, l'histoire met en scène un Orang-Outan du nom de "King Loule", le roi des Singes, qui n'existe pas dans le livre de Kipling. En effet l'aventure se passe en Inde où il n'y a pas d'Orang-Outan à Periyar/Thekkady (cliquez), un endroit merveilleux que j'ai visité.

Je suis toujours interloqué par le paradoxe humain qui consiste à réparer les altérations qu'il produit,  à récupérer ses erreurs, à réhabiliter sa conscience aux singularités qu'il a provoquées et qui ne devraient pas exister...sa propension à légitimer et valider insidieusement son existence me questionne et me donne malheureusement la réponse en même temps...sa présence pose un problème !!! 

La Nature est bien plus intelligente et cohérente que nous et s'arrange de la Vie comme une araignée de sa toile...comme disait Aristote, "la nature ne fait rien en vain"...elle est équilibre, paix et humilité, elle est un exemple pour la diversité et sa facilité à faire coexister harmonieusement les différentes espèces...cette synergie est le Graal suprême que nous cherchons avec confusion depuis notre origine mais que nous ne parvenons ni surtout ne voulons trouver; finalement cette agitation permanente nous arrange car elle donne un motif à notre existence et nous donne le sentiment mystique de repousser la Mort...c'est ici que la phrase de Dino BUZZATI prend tout son sens :

"L'Homme est une malformation de la Nature"

Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...
Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...
Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...
Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...

Ainsi, ce n'est pas tout à fait le truc auquel je m'attendais mais l'occasion quand même de voir les gros rouquins de près...j'avais rêvé d'une balade dans la jungle où tout, autour de moi, ne serait que liberté, acrobaties et amusement avec ces gros singes au regard aussi expressif et intelligent qu'un Albert Einstein et le regard d'un enfant dont le seul plaisir est de vivre un jour nouveau. J'ai simplement assisté à un déjeuner organisé sur une plate-forme, sans réelles fantaisies, mais l'occasion d'admirer leur agilité, de rire à leurs mimiques, et sourire à leur nonchalance sympathique...

🌀

Il n’y a d’homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie

Alphonse de LAMARTINE

Cliquez pour réserver votre séjour ❤️

✈️ 🚕🌐

Hop, un autre saut de puce en avion jusqu'à l'aéroport de Miri, enfin une piste goudronnée en pleine jungle, où je me fais héler à l'arrivée par un taxi, une dame aussi simple qu'avenante, qui me demande avec un beau sourire mon hébergement...que la vie est simple sans code ni révérence, juste avec la déférence d'un humain à son prochain...et me voilà arrivé au pied d'un pont en bois au dessus d'une rivière sortie tout droit de l'imaginaire d'un roman d'aventure de Rudyard KIPLING (suite dessous)...

https://mulupark.com/plan-your-trip/ (cliquez ❤️)

Voici le fameux sésame pour réserver dans le parc...Ci-dessous 2 plans à votre disposition à l'accueil pour découvrir les principales excursions, et toutes les merveilles qui vous attendent dans ce lieu béni des dieux...

 

Cliquez Image 👀
Cliquez sur le lien ❤️

Le parc de Gunung Mulu constitue la région karstique tropicale la plus étudiée au monde...rien que ça !!!

Classé "Patrimoine Mondial de l'Humanité", ce parc va réveiller l'aventurier qui sommeille en vous car il offre de grandes possibilités d'exploration, notamment, pour ceux qui ont gardé leur âme d'enfant, "le sentier des chasseurs de têtes"(tout un programme)...53 000 hectares de grottes extraordinaires, de pinacles de calcaire, de jungle, de balades, de plantes (3500 espèces), de mammifères, reptiles, oiseaux et papillons les plus insoupçonnés jusqu'aux bruits les plus étranges...

Il faut le dire, on vient ici surtout pour les grottes monumentales du site, celles de "Clear Water" (la plus longue d'Asie), "Lang's Cave" (formations calcaires magnifiques), "Caves of the Winds"(gigantesque forêt de stalagmites), "Deer Cave"(l'une des plus grandes au Monde, capable d'accueillir 5 cathédrales de la taille de "Notre Dame de Paris) et "la chambre de Sarawak" graal des spéléologues chevronnés (capable d'accueillir 40 Boeing 747👀), la plus grande salle souterraine connue au monde (un site en Chine aussi je crois).

Le trail des Pinacles, malheureusement je n'ai pas pu le faire car il faut plusieurs jours pour y accéder, mais je le recommande pour les sportifs et les aventuriers car il finit sur un paysage grandiose, paraît il...⛰

En bref, pas de panique, on arrive au parc, on choisit à la réception ses excursions (ou préalablement à la réservation, conseillé même) et c'est parti pour 3 jours d'aventure et d'émerveillement...

"L'important c'est le chemin et non l'arrivée" Vincent Thomas REY

"L'important c'est le chemin et non l'arrivée" Vincent Thomas REY

Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...
Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...
Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...
Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...
Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...
Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...
Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...
Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...
Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...
Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...

Deux jours à attendre pendant plusieurs heures, au crépuscule, l'envol des chauves-souris de la grotte "Deer Cave", pour voir leur nuée s'élever dans le ciel...deux jours de pluie mais deux jours d'enthousiasme, et ça, ça n'a pas de prix...elles ne sont jamais sorties, trop d'eau, trop de raisonnance, sans doute le radar surchauffé, alors je me suis baladé dans la jungle en écoutant les bruits et les micro-insectes que certains entomologistes présents sur le site remarquaient et partageaient avec les gens...

BORNÉO ISLAND 🇮🇩
Direction Sandakan, départ en avion de Mulu jusqu'à Kota Kinabalu puis l'aéroport de Sandakan...

Direction Sandakan, départ en avion de Mulu jusqu'à Kota Kinabalu puis l'aéroport de Sandakan...

🌀

Dans 20 ans, vous serez plus déçus par ces choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors larguez les amarres. Mettez les voiles et sortez du port ô combien sécurisant. Explorez. Rêvez. Découvrez

Mark TWAIN

✈️🚕🚤🌐

Une longue journée de déplacement pour passer de l'état de Sarawak à celui de Sabah, dans le nord de l'ile, et me voilà dans la ville de Sandakan pour préparer ce qui restera comme l'un des moments les plus intenses et émouvants de ce séjour. Une nuit dans un hôtel confort (Sabah Hotel 👀) et me voilà parti sur l'île aux tortues, Pulau Selingan (l'une des 3 îles qui forment le Parc National 👀) pour 2 jours mémorables au large de Sandakan (40kms).

Avec l'émotion d'un enfant qui découvre le Père Noël, j'ai assisté à un spectacle qui restera à jamais gravé dans ma mémoire....celui de la Vie, la vraie, instinctive et sauvage, pas ou peu réfléchie, saine et sans arrière pensée, celle du pur cortex et des informations précieusement recueillies par l'histoire d'une espèce depuis des millénaires. Ici ni politique ni jalousie, aucune bassesse, juste la simple puissance de vivre en toute liberté, sans règle, et de connaître la chance et le privilège d'exister. 

J'ai rencontré le monde des tortues, un univers silencieux, simple, discret et pudique, tourné vers la vie, une espèce témoin de l'histoire de notre planète, détentrice de secrets que nous ne soupçonnons même pas et surtout que nous respectons à peine...je me suis senti petit et étroit en leur présence, c'était simplement un honneur d'assister à la parade de reproduction de cette espèce !!!

Cette île est avant tout un sanctuaire naturel pour les "Tortues Vertes", c'est à dire un lieu protégé, un refuge où l'on assiste à la ponte des tortues, la récupération des oeufs, et leur mise en gestation dans un petit enclos protégé des prédateurs qui se pourlèchent pourtant les babines à l'idée des ces petits ovipares certainement délicieux et faciles à déguster...c'est le bal des Varans, Mouettes et Renards Volants dans une ambiance euphorique qui rappelle "La grande Bouffe" de Marco Ferreri. 

Une feuille de route est minutieusement mise à jour où l'on peut voir le nombre d'oeufs, de naissances, de mises en mer, sur les 3 îles (ci-dessus).

Moment béni des Dieux, sauvage et impressionnant, la rencontre du séjour, un matin très tôt (5h45), grâce à un Ranger, avec une femelle venue mettre bas et regagnant la mer après avoir accompli sa mission...un face à face impressionnant entre la nature et et moi, entre le monde de la mer et le monde terrestre, entre le monde du silence et celui de  l'angoisse, entre une espèce pacifique et une autre belliqueuse, un bref échange de regards qui restera sans doute LE moment de cet extraordinaire séjour...

Puis, dans la continuité de cette rencontre très matinale et tellement authentique, la ruée vers la vie de ce jeune bébé tout juste sorti de l'oeuf et fonçant vers la mer, sans protection, livré aux aléas, sous nos yeux remplis de justesse et de bien être...les miens totalement submergés par l'émotion, ceux du Ranger fardés de la fierté du devoir accompli, bercés par l'habitude...

Ici, on a compris l'importance de l'espèce animale et sur cette ile on n'a pour unique soucis que de protéger une espèce qui a au moins autant d'importance que la notre, peut être même plus...On sent un esprit pacifique, de la douceur, un équilibre...un centre d 'éducation où l'on explique chaque détail, chaque naissance et où chaque oeuf à son importance...

Le jardin de la Vie...ici, sous terre, s'agitent des centaines de Vies, mâles et femelles, des nouveau-nés aussi impatients de démarrer leur existence que des pilotes surexcités au départ d'un grand prix automobile...surveillés et protégés, ils sortiront de l'oeuf puis réclameront la mer comme un oisillon sa becquée...

Un soir, un Ranger est venu nous chercher pour assister à la pondaison d'une tortue...moment émouvant mais gênant, j'étais perturbé d'assister à cet évènement au milieu de tous ces gens impudiques qui semblaient ne pas respecter ni comprendre la solennité du moment, se prenant en selfie devant cette pauvre femelle que l'on privait de ses oeufs sans qu'elle le sache...un public d'abrutis, fidèle à ce que je perçois du monde et qui n'avait pour seul soucis que d'associer leur visage primaire à celui de cette pauvre tortue..TERRIFIANT...puis j'ai assisté à la "mise en mer" de ces bébés dont il ne restera malheureusement qu'un ou deux survivants après quelques miles de nage... étonnant de les voir s'agiter, gorgés de vie, la plupart vers la mer, certains vers la terre, attirés par la lune.
Un soir, un Ranger est venu nous chercher pour assister à la pondaison d'une tortue...moment émouvant mais gênant, j'étais perturbé d'assister à cet évènement au milieu de tous ces gens impudiques qui semblaient ne pas respecter ni comprendre la solennité du moment, se prenant en selfie devant cette pauvre femelle que l'on privait de ses oeufs sans qu'elle le sache...un public d'abrutis, fidèle à ce que je perçois du monde et qui n'avait pour seul soucis que d'associer leur visage primaire à celui de cette pauvre tortue..TERRIFIANT...puis j'ai assisté à la "mise en mer" de ces bébés dont il ne restera malheureusement qu'un ou deux survivants après quelques miles de nage... étonnant de les voir s'agiter, gorgés de vie, la plupart vers la mer, certains vers la terre, attirés par la lune.
Un soir, un Ranger est venu nous chercher pour assister à la pondaison d'une tortue...moment émouvant mais gênant, j'étais perturbé d'assister à cet évènement au milieu de tous ces gens impudiques qui semblaient ne pas respecter ni comprendre la solennité du moment, se prenant en selfie devant cette pauvre femelle que l'on privait de ses oeufs sans qu'elle le sache...un public d'abrutis, fidèle à ce que je perçois du monde et qui n'avait pour seul soucis que d'associer leur visage primaire à celui de cette pauvre tortue..TERRIFIANT...puis j'ai assisté à la "mise en mer" de ces bébés dont il ne restera malheureusement qu'un ou deux survivants après quelques miles de nage... étonnant de les voir s'agiter, gorgés de vie, la plupart vers la mer, certains vers la terre, attirés par la lune.
Un soir, un Ranger est venu nous chercher pour assister à la pondaison d'une tortue...moment émouvant mais gênant, j'étais perturbé d'assister à cet évènement au milieu de tous ces gens impudiques qui semblaient ne pas respecter ni comprendre la solennité du moment, se prenant en selfie devant cette pauvre femelle que l'on privait de ses oeufs sans qu'elle le sache...un public d'abrutis, fidèle à ce que je perçois du monde et qui n'avait pour seul soucis que d'associer leur visage primaire à celui de cette pauvre tortue..TERRIFIANT...puis j'ai assisté à la "mise en mer" de ces bébés dont il ne restera malheureusement qu'un ou deux survivants après quelques miles de nage... étonnant de les voir s'agiter, gorgés de vie, la plupart vers la mer, certains vers la terre, attirés par la lune.
Un soir, un Ranger est venu nous chercher pour assister à la pondaison d'une tortue...moment émouvant mais gênant, j'étais perturbé d'assister à cet évènement au milieu de tous ces gens impudiques qui semblaient ne pas respecter ni comprendre la solennité du moment, se prenant en selfie devant cette pauvre femelle que l'on privait de ses oeufs sans qu'elle le sache...un public d'abrutis, fidèle à ce que je perçois du monde et qui n'avait pour seul soucis que d'associer leur visage primaire à celui de cette pauvre tortue..TERRIFIANT...puis j'ai assisté à la "mise en mer" de ces bébés dont il ne restera malheureusement qu'un ou deux survivants après quelques miles de nage... étonnant de les voir s'agiter, gorgés de vie, la plupart vers la mer, certains vers la terre, attirés par la lune.
Un soir, un Ranger est venu nous chercher pour assister à la pondaison d'une tortue...moment émouvant mais gênant, j'étais perturbé d'assister à cet évènement au milieu de tous ces gens impudiques qui semblaient ne pas respecter ni comprendre la solennité du moment, se prenant en selfie devant cette pauvre femelle que l'on privait de ses oeufs sans qu'elle le sache...un public d'abrutis, fidèle à ce que je perçois du monde et qui n'avait pour seul soucis que d'associer leur visage primaire à celui de cette pauvre tortue..TERRIFIANT...puis j'ai assisté à la "mise en mer" de ces bébés dont il ne restera malheureusement qu'un ou deux survivants après quelques miles de nage... étonnant de les voir s'agiter, gorgés de vie, la plupart vers la mer, certains vers la terre, attirés par la lune.
Un soir, un Ranger est venu nous chercher pour assister à la pondaison d'une tortue...moment émouvant mais gênant, j'étais perturbé d'assister à cet évènement au milieu de tous ces gens impudiques qui semblaient ne pas respecter ni comprendre la solennité du moment, se prenant en selfie devant cette pauvre femelle que l'on privait de ses oeufs sans qu'elle le sache...un public d'abrutis, fidèle à ce que je perçois du monde et qui n'avait pour seul soucis que d'associer leur visage primaire à celui de cette pauvre tortue..TERRIFIANT...puis j'ai assisté à la "mise en mer" de ces bébés dont il ne restera malheureusement qu'un ou deux survivants après quelques miles de nage... étonnant de les voir s'agiter, gorgés de vie, la plupart vers la mer, certains vers la terre, attirés par la lune.
Un soir, un Ranger est venu nous chercher pour assister à la pondaison d'une tortue...moment émouvant mais gênant, j'étais perturbé d'assister à cet évènement au milieu de tous ces gens impudiques qui semblaient ne pas respecter ni comprendre la solennité du moment, se prenant en selfie devant cette pauvre femelle que l'on privait de ses oeufs sans qu'elle le sache...un public d'abrutis, fidèle à ce que je perçois du monde et qui n'avait pour seul soucis que d'associer leur visage primaire à celui de cette pauvre tortue..TERRIFIANT...puis j'ai assisté à la "mise en mer" de ces bébés dont il ne restera malheureusement qu'un ou deux survivants après quelques miles de nage... étonnant de les voir s'agiter, gorgés de vie, la plupart vers la mer, certains vers la terre, attirés par la lune.

Un soir, un Ranger est venu nous chercher pour assister à la pondaison d'une tortue...moment émouvant mais gênant, j'étais perturbé d'assister à cet évènement au milieu de tous ces gens impudiques qui semblaient ne pas respecter ni comprendre la solennité du moment, se prenant en selfie devant cette pauvre femelle que l'on privait de ses oeufs sans qu'elle le sache...un public d'abrutis, fidèle à ce que je perçois du monde et qui n'avait pour seul soucis que d'associer leur visage primaire à celui de cette pauvre tortue..TERRIFIANT...puis j'ai assisté à la "mise en mer" de ces bébés dont il ne restera malheureusement qu'un ou deux survivants après quelques miles de nage... étonnant de les voir s'agiter, gorgés de vie, la plupart vers la mer, certains vers la terre, attirés par la lune.

Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse...
Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse... Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse... Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse...
Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse... Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse... Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse...
Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse... Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse... Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse...

Ce petit coin de terre flottant n'est pas pour rien le sanctuaire des tortues vertes...du sable blanc tout autour et certainement de bonne qualité pour leur donner envie de pondre ici depuis des siècles...pêle-mêle, les gros lézards qui font peur la nuit quand on se retrouve nez à museau avec eux, des arbres aux racines aussi impressionnantes que leur tronc et "mon" Ranger, aussi décontracté qu'un "Fonzy" des grands jours, à son bureau, guettant sans doute l'arrivée de sa princesse...

En passant au large de la côte est de Sabah, vers les iles Turtle Island, ces étranges araignées de bois très photogéniques ont attiré mon regard...j'ai cru comprendre au bout d'un moment que le refus de s'approcher plus près était simplement dû à la peur de déclencher une crise diplomatique avec les Philippines...je me suis alors posé cette question ??? les tortues ont elles aussi des angoisses géopolitiques sur la suprématie d'un territoire ?

En passant au large de la côte est de Sabah, vers les iles Turtle Island, ces étranges araignées de bois très photogéniques ont attiré mon regard...j'ai cru comprendre au bout d'un moment que le refus de s'approcher plus près était simplement dû à la peur de déclencher une crise diplomatique avec les Philippines...je me suis alors posé cette question ??? les tortues ont elles aussi des angoisses géopolitiques sur la suprématie d'un territoire ?

Toujours ce constat amer exposé un peu plus avec les Orangs-Outans de Semengoh et qui m'interroge avec amertume...ces pauvres tortues que l'on protège avec tant d'inquiétude n'auraient pas besoin de nous si on n'était pas là...radical peut être, mais il suffit d'énumérer la cause de leur déclin pour se poser la question...braconnage et chasse pour la viande, les oeufs, la peau, la carapace et la graisse, leur habitat mis en danger par le réchauffement climatique, la pollution des eaux, la pêche "accidentelle",....le comportement "porcin" de mes congénères interroge sur notre légitimité sur cette planète...

Les braconniers tuent les tortues avant qu'elles aient pondu car elles secrèteraient une hormone avant la pondaison qui rend la viande moins bonne...quel cynisme...mais où sont les garde-fous et les éclairés, les penseurs de l'absolu, les gardiens de la tempérance....broyés, éparpillés, ensevelis dans un monde sans foi ni loi où prospèrent cigare aux lèvres des idiots cyniques, hystériques et immatures...la civilisation de masse dont je fais malheureusement parti est coupable, coupable de cautionner moralement et avec lâcheté l'abandon des valeurs de base, la poésie de la vie, la simplicité d'une existence qui est déjà si dure à intégrer et comprendre...

 

🌀

Il faut voyager pour apprendre

Mark TWAIN

🦧

SEPILOK c'est un deuxième Semenggoh, un parc pour les Orangs-Outans, un centre de réhabilitation. Peu de choses à dire, un survol rapide, une visite dû au hasard et un peu de curiosité, une balade dans le parc sur un pont en bois, un lunch organisé par les Rangers pour nos rouquins et presque deux heures d'attente dans le parking pour prendre mon bus en direction de Kinabatangan...c'est le souvenir qui me reste 👀 

"L'Homme de la Forêt" en action sous les yeux de dizaines de badauds fascinés...quand on connait l'intelligence extrême de ce grand singe, on ne peut que l'admirer..."L'Homme de la Forêt" en action sous les yeux de dizaines de badauds fascinés...quand on connait l'intelligence extrême de ce grand singe, on ne peut que l'admirer..."L'Homme de la Forêt" en action sous les yeux de dizaines de badauds fascinés...quand on connait l'intelligence extrême de ce grand singe, on ne peut que l'admirer...

"L'Homme de la Forêt" en action sous les yeux de dizaines de badauds fascinés...quand on connait l'intelligence extrême de ce grand singe, on ne peut que l'admirer...

🌀

🚌🛶🌐

Après la candeur de l'émotion animale, direction  la nature et le parc de Kinabatangan River...j'arrivais sans attente car j'avais reçu un écho mitigé d'un couple sympathique de photographes italiens peu emballés par cette étape et même carrément déçu.

MAIS tout au contraire j'allais vivre 3 merveilleuses journées dans une nature incroyable au bord d'une rivière ce qui m'a rappelé mon séjour en Amazonie sur la Rivière Madre de Dios à Maldonado au Pérou.

Quelques sauriens aux dents acérées et prêt à vous mâcher qui se confondent avec la boue pour mieux vous leurrer...non non je ne parle pas des hommes politiques !!!!

Cliquez sur l'image pour réserver ❤️

Un hébergement parfait pour profiter de l'environnement exceptionnel...(ici le Facebook)

La nature à l'état pur, les animaux d'en donnent à coeur joie, à l'image des papillons qui batifolent ensembles de fleurs en fleurs, enivrés de bonheur, celui de disposer du temps à leur guise.
La nature à l'état pur, les animaux d'en donnent à coeur joie, à l'image des papillons qui batifolent ensembles de fleurs en fleurs, enivrés de bonheur, celui de disposer du temps à leur guise.La nature à l'état pur, les animaux d'en donnent à coeur joie, à l'image des papillons qui batifolent ensembles de fleurs en fleurs, enivrés de bonheur, celui de disposer du temps à leur guise.
La nature à l'état pur, les animaux d'en donnent à coeur joie, à l'image des papillons qui batifolent ensembles de fleurs en fleurs, enivrés de bonheur, celui de disposer du temps à leur guise.La nature à l'état pur, les animaux d'en donnent à coeur joie, à l'image des papillons qui batifolent ensembles de fleurs en fleurs, enivrés de bonheur, celui de disposer du temps à leur guise.
La nature à l'état pur, les animaux d'en donnent à coeur joie, à l'image des papillons qui batifolent ensembles de fleurs en fleurs, enivrés de bonheur, celui de disposer du temps à leur guise.La nature à l'état pur, les animaux d'en donnent à coeur joie, à l'image des papillons qui batifolent ensembles de fleurs en fleurs, enivrés de bonheur, celui de disposer du temps à leur guise.La nature à l'état pur, les animaux d'en donnent à coeur joie, à l'image des papillons qui batifolent ensembles de fleurs en fleurs, enivrés de bonheur, celui de disposer du temps à leur guise.

La nature à l'état pur, les animaux d'en donnent à coeur joie, à l'image des papillons qui batifolent ensembles de fleurs en fleurs, enivrés de bonheur, celui de disposer du temps à leur guise.

Et puis la nature, aussi folle que libre, sans restriction ni obligation, juste le souci de pousser où bon lui semble sans connaître le manche d'une fourche, la lame aiguisée d'une hache ou la mégalomanie névrotique et dominante de l'Homme.Et puis la nature, aussi folle que libre, sans restriction ni obligation, juste le souci de pousser où bon lui semble sans connaître le manche d'une fourche, la lame aiguisée d'une hache ou la mégalomanie névrotique et dominante de l'Homme.
Et puis la nature, aussi folle que libre, sans restriction ni obligation, juste le souci de pousser où bon lui semble sans connaître le manche d'une fourche, la lame aiguisée d'une hache ou la mégalomanie névrotique et dominante de l'Homme.Et puis la nature, aussi folle que libre, sans restriction ni obligation, juste le souci de pousser où bon lui semble sans connaître le manche d'une fourche, la lame aiguisée d'une hache ou la mégalomanie névrotique et dominante de l'Homme.Et puis la nature, aussi folle que libre, sans restriction ni obligation, juste le souci de pousser où bon lui semble sans connaître le manche d'une fourche, la lame aiguisée d'une hache ou la mégalomanie névrotique et dominante de l'Homme.

Et puis la nature, aussi folle que libre, sans restriction ni obligation, juste le souci de pousser où bon lui semble sans connaître le manche d'une fourche, la lame aiguisée d'une hache ou la mégalomanie névrotique et dominante de l'Homme.

🌀

Tous ceux qui errent ne sont pas perdus

TOLKIEN

🚘🚐🌐

Tout étourdi par autant de beauté et de liberté, je partais cette fois-ci pour le "Monde perdu ou oublié" tel qu'on me l'avait présenté, pour m'enivrer, pire m'oublier, me noyer, me gorger de pureté dans l'immensité de la nature, retrouver le vrai sens des choses.

La Vallée de Danum est en effet l'une des plus belles Forêts Tropicales Primaires du monde, l'un des écosystèmes les plus complexes sur terre avec plus de 15000 espèces végétales, 200 espèces d'arbres par hectare, dont certains peuvent atteindre 80 mètres de hauteur, que vous verrez d'ailleurs en photo ci-dessous...bien sur dans cet environnement les animaux s'en donnent à coeur joie et l'on peut, si la chance vous sourit et votre discrétion maitrisée, observer des éléphants d'Asie, cerfs,  chats sauvages, l'ours malais, le rhinocéros de Bornéo et plaisir ultime, les orangs outans sauvages, chance que j'ai eue, un soir en fin de journée lorsque un mâle a construit son nid dans un arbre, à quelques pas de mon gite devant mes yeux écarquillés de bonheur et d'émotion.

Mais il ne faut pas oublier le peuple de l'air, l'Avifaune car Danum est aussi un paradis pour les Oiseaux (340 espèces d'oiseaux répertoriés)...le verdin barbe bleue, le moucheronne de Bornéo, le martin-pêcheur à dos noir, les calaos, etc..., ils animent le site et tournoient la journée ou le soir selon leur humeur au dessus de vos têtes comme une nuée de petites fées espiègles...

Je n'oublie pas sa rivière, le précieux élément fondamental à la vie, le dieu de la Nature, la condition sine qua non à ce trésor à ciel ouvert, et qui vous invite à la baignade et à la réflexion, moments divins que j'ai honorés durant mon séjour... 

 

 

 

 

 

 

 

Ici c'est la Nature qui dicte et impose ses lois...pas de bruits de moteur ni de flots ininterrompus de bavardages inutiles et angoissants, juste la partition des éléments, les chants des oiseaux, les cris des singes, le ruissellement de l'eau, les sons des animaux invisibles de la jungle, le bruissement des feuilles, la magie de la biodiversité, le silence du juste...

C'est aussi le pays des arbres géants dont la plupart culminent à 80 mètres avec même une pointe à 100 mètres, l'arbre le plus haut du monde d'ailleurs...majestueux géants tels de vieux sages qui nous regardent avec dignité du haut de leurs siècles, loin de l'urgence du monde et nous rappellent à notre humilité et notre juste place...ici on est de simples témoins !!!

Un matin, réveil très tôt pour aller observer la forêt et le lever du soleil du haut d'un observatoire à quelques minutes du centre...merveilleux spectacle où j'ai assisté plein de pudeur à "l'aube d'un jour nouveau" pour reprendre le titre d'un ouvrage...la forêt était belle encore endormie et drapée d'un linceul de nuages blancs. On chuchotait presque pour ne pas la réveiller comme on a peur de déranger un géant, on assistait au spectacle immense et grandiose de la "genèse", d'une force fragile et puissante, comme celle d'un animal sauvage que l'on a peur d'importuner...puis petit à petit les premières lueurs ont dissipé le coton, inondé progressivement les formes et révélé la Beauté...à ce moment là je me suis senti presque gêné d'exister...

Va prendre tes leçons dans la nature disait Léonard de VINCI...Va prendre tes leçons dans la nature disait Léonard de VINCI...Va prendre tes leçons dans la nature disait Léonard de VINCI...
Va prendre tes leçons dans la nature disait Léonard de VINCI...Va prendre tes leçons dans la nature disait Léonard de VINCI...Va prendre tes leçons dans la nature disait Léonard de VINCI...

Va prendre tes leçons dans la nature disait Léonard de VINCI...

"Je ne puis regarder une feuille d'arbre sans être écrasé par l'univers" Victor HUGO

"Je ne puis regarder une feuille d'arbre sans être écrasé par l'univers" Victor HUGO

"La Nature offre à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le coeur et l'esprit" Pierre RABHI (écrivain)"La Nature offre à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le coeur et l'esprit" Pierre RABHI (écrivain)"La Nature offre à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le coeur et l'esprit" Pierre RABHI (écrivain)
"La Nature offre à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le coeur et l'esprit" Pierre RABHI (écrivain)"La Nature offre à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le coeur et l'esprit" Pierre RABHI (écrivain)"La Nature offre à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le coeur et l'esprit" Pierre RABHI (écrivain)
"La Nature offre à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le coeur et l'esprit" Pierre RABHI (écrivain)"La Nature offre à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le coeur et l'esprit" Pierre RABHI (écrivain)"La Nature offre à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le coeur et l'esprit" Pierre RABHI (écrivain)

"La Nature offre à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le coeur et l'esprit" Pierre RABHI (écrivain)

"J'étais au milieu de la forêt, il y avait deux chemins devant moi, j'ai pris celui qui était le moins emprunté, et là, ma vie a commencé" Robert FROST (poète 19ème siècle)

"J'étais au milieu de la forêt, il y avait deux chemins devant moi, j'ai pris celui qui était le moins emprunté, et là, ma vie a commencé" Robert FROST (poète 19ème siècle)

“L’enfance. Elle n’est donnée qu’à quelques-uns.” Breda M. SPAIGHT“L’enfance. Elle n’est donnée qu’à quelques-uns.” Breda M. SPAIGHT

“L’enfance. Elle n’est donnée qu’à quelques-uns.” Breda M. SPAIGHT

Derrière le centre d'accueil, le village des employés travaillant au centre, presque caché du public...avec leur emplacement en bord de rivière, cernés par la jungle et bercés par le bruit de l'eau, ces étonnants protecteurs des chats (félins souvent attaqués par des Varans aussi effrayants que craintifs) ont une vie heureuse et l'absence de civilisation se ressent dans les rapports que l'on tisse avec eux...c'est aussi le souvenir d'un brame impressionnant, un des moments qui  fige un séjour et reste gravé  dans la mémoire...avec cette curiosité dévorante qui m'a souvent valu de drôles d'aventures, j'ai fouillé les recoins de cet endroit atypique, passant des habitations aux petits sentiers sombres et mystérieux, et c'est à un croisement que j'ai soudain été accueilli par un bruit terrifiant...alors, intrigué, j'ai refait plusieurs fois ce passage et toujours ce même hurlement, encore et encore, dès que je franchissais un seuil...ce sont les villageois qui m'ont expliqué que je pénétrais sur le territoire des cerfs et des biches et qu'ils manifestaient simplement et certainement leur désapprobation...d'ailleurs lorsque je suis retourné en arrière, j'ai vu le cerf descendre la colline, se mettre sur le chemin et me fixer longuement pour savoir qui j'étais....ça m'a fait penser au "Patronus" d'Harry Potter (vidéo)...moment très impressionnant....

🌀

« Éteints, nivelés, asservis. Ils désirent tous la même chose, ils font le même discours, ils pensent tous la même chose, exactement la même. Ignoble civilisation de masse. »

Dino BUZZATI (Les Nuits difficiles)

Cliquez sur l'image 🇧🇳

✈️🚕

Ici c'est la curiosité qui m'a guidé, l'envie de découvrir un univers protégé, feutré du monde, caché de l'information, une énigme de la géopolitique mondiale, un microcosme discret mais néanmoins extrêmement puissant.

« La mort physique est un phénomène éternel et au fond extrêmement banal. Mais il y a une autre mort, qui quelquefois est encore pire. L’abandon de la personnalité, le mimétisme par habitude, la capitulation devant le milieu, le renoncement à soi-même… Mais regarde un peu autour de toi. Mais parle avec les gens. Mais ne te rends-tu pas compte qu’au moins soixante pour cent d’entre eux sont morts ? »

Dino BUZZATI (Les Nuits difficiles)

🌀

✈️🚕

Kota Kinabalu, la ville de départ et la fin du séjour, mais une belle surprise car j'appréhendais de retrouver la ville et le béton après m'être tant étourdi de nature, mais même là, la poésie ne m'a pas lâché. 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessus le port avec ses poissons extraordinaires que l'on peut aussi déguster sur place, et le fantasme de masse avec les plages de sable blanc du Parc National de Tunku Abdul Rahman.

Le village flottant au large où vivent les travailleurs de Kota Kinabalu qui rentrent le soir chez eux dans un amusant ballet de pirogues taxis près du port...le regret de ne pas avoir eu assez de temps pour le visiter 👀

Le port de Kota Kinabalu, ses aigrettes affamées, ses rats énormes, ses figures de proue, mais avant tout, un monde dur, sauvage et plein de vie, celui des pêcheurs et de la mer...je sais par avance que dans ces endroits les scènes de vie foisonnent et les émotions sont souvent au rendez-vous.

Évidemment, j'étais le seul blanc occidental à me balader, car l'hygiène si importante aux yeux de mes "compatriotes", parangons de la civilisation, et leurs principes "éducatifs", sont un frein à la curiosité; on ne cherche pas à connaître, on sait déjà...que voulez vous faire avec de tels principes...

Peu m'importe finalement car j'ai été formidablement accueilli par les pêcheurs et le monde de la mer aussi bien sur les quais, qu'à bord des bateaux où j'ai d'ailleurs même failli être embarqué pour une pêche au long cours ; je me suis nourri de la formidable énergie de cet l'endroit et j'ai passé un moment qui restera longtemps dans ma mémoire...

À quelques pas du port, un petit marché de poissons frais rapidement installés, des étals colorés qui laissent deviner une mer poissonneuse et une pêche prolixe...À quelques pas du port, un petit marché de poissons frais rapidement installés, des étals colorés qui laissent deviner une mer poissonneuse et une pêche prolixe...

À quelques pas du port, un petit marché de poissons frais rapidement installés, des étals colorés qui laissent deviner une mer poissonneuse et une pêche prolixe...

Ah le doux moment de poésie que j'ai ressenti avec ces aigrettes...toujours fières et imperturbables, le regard fixe, distantes mais focus sur un poisson s'échappant d'un étal ou tombant d'un bac, elles restent des heures, blanches et pures comme la neige, perchées à attendre....l'apologie de la patience...une de ces photos m'a d'ailleurs valu une récompense et a été exposée à Tucson aux États Unis (voir ci-dessous)... Ah le doux moment de poésie que j'ai ressenti avec ces aigrettes...toujours fières et imperturbables, le regard fixe, distantes mais focus sur un poisson s'échappant d'un étal ou tombant d'un bac, elles restent des heures, blanches et pures comme la neige, perchées à attendre....l'apologie de la patience...une de ces photos m'a d'ailleurs valu une récompense et a été exposée à Tucson aux États Unis (voir ci-dessous)... Ah le doux moment de poésie que j'ai ressenti avec ces aigrettes...toujours fières et imperturbables, le regard fixe, distantes mais focus sur un poisson s'échappant d'un étal ou tombant d'un bac, elles restent des heures, blanches et pures comme la neige, perchées à attendre....l'apologie de la patience...une de ces photos m'a d'ailleurs valu une récompense et a été exposée à Tucson aux États Unis (voir ci-dessous)...
Ah le doux moment de poésie que j'ai ressenti avec ces aigrettes...toujours fières et imperturbables, le regard fixe, distantes mais focus sur un poisson s'échappant d'un étal ou tombant d'un bac, elles restent des heures, blanches et pures comme la neige, perchées à attendre....l'apologie de la patience...une de ces photos m'a d'ailleurs valu une récompense et a été exposée à Tucson aux États Unis (voir ci-dessous)... Ah le doux moment de poésie que j'ai ressenti avec ces aigrettes...toujours fières et imperturbables, le regard fixe, distantes mais focus sur un poisson s'échappant d'un étal ou tombant d'un bac, elles restent des heures, blanches et pures comme la neige, perchées à attendre....l'apologie de la patience...une de ces photos m'a d'ailleurs valu une récompense et a été exposée à Tucson aux États Unis (voir ci-dessous)... Ah le doux moment de poésie que j'ai ressenti avec ces aigrettes...toujours fières et imperturbables, le regard fixe, distantes mais focus sur un poisson s'échappant d'un étal ou tombant d'un bac, elles restent des heures, blanches et pures comme la neige, perchées à attendre....l'apologie de la patience...une de ces photos m'a d'ailleurs valu une récompense et a été exposée à Tucson aux États Unis (voir ci-dessous)...

Ah le doux moment de poésie que j'ai ressenti avec ces aigrettes...toujours fières et imperturbables, le regard fixe, distantes mais focus sur un poisson s'échappant d'un étal ou tombant d'un bac, elles restent des heures, blanches et pures comme la neige, perchées à attendre....l'apologie de la patience...une de ces photos m'a d'ailleurs valu une récompense et a été exposée à Tucson aux États Unis (voir ci-dessous)...

Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!
Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!
Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!
Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!

Ici on est au coeur du port, chaque détail est riche et chaque vie un livre ouvert...s'y promener c'est voyager dans le temps et changer de dimension...un merveilleux souvenir !!!

Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...
Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...
Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...
Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...

Un petit clin d'oeil au Street Art que j'aime tant et qui donne toujours le tempo d'une ville...ici il y en a à chaque coin de rue, sur un petit mur bétonné isolé ou serpentant sur une façade le long d'une avenue...et puis le marché où l'on fait un peu ce que l'on a envie, on dort si on veut, on vend quand on peut...j'aime bien cette façon de vivre...

Quelques figures  qui peuplent cet univers trépidant, de toutes générations et de tout bord...beaucoup de pauvreté mais tellement plus de simplicité, d'énergie et de sourires...Quelques figures  qui peuplent cet univers trépidant, de toutes générations et de tout bord...beaucoup de pauvreté mais tellement plus de simplicité, d'énergie et de sourires...Quelques figures  qui peuplent cet univers trépidant, de toutes générations et de tout bord...beaucoup de pauvreté mais tellement plus de simplicité, d'énergie et de sourires...
Quelques figures  qui peuplent cet univers trépidant, de toutes générations et de tout bord...beaucoup de pauvreté mais tellement plus de simplicité, d'énergie et de sourires...Quelques figures  qui peuplent cet univers trépidant, de toutes générations et de tout bord...beaucoup de pauvreté mais tellement plus de simplicité, d'énergie et de sourires...Quelques figures  qui peuplent cet univers trépidant, de toutes générations et de tout bord...beaucoup de pauvreté mais tellement plus de simplicité, d'énergie et de sourires...
Quelques figures  qui peuplent cet univers trépidant, de toutes générations et de tout bord...beaucoup de pauvreté mais tellement plus de simplicité, d'énergie et de sourires...Quelques figures  qui peuplent cet univers trépidant, de toutes générations et de tout bord...beaucoup de pauvreté mais tellement plus de simplicité, d'énergie et de sourires...

Quelques figures qui peuplent cet univers trépidant, de toutes générations et de tout bord...beaucoup de pauvreté mais tellement plus de simplicité, d'énergie et de sourires...

🚤

Après la ville, le port et la réalité d'une vie dure et certainement angoissante, j'avais décidé de finir mon séjour sur une note bucolique et le sable chaud des plages, en profitant de quelques iles du Parc national de Tunku Abdul Rahman au large de Kota Kinabalu, 5 îles exactement, distantes de 3 à 5 kilomètres et réparties sur une surface d'environ 50 km2.

  • Gaya (15km2)
  • Sapi
  • Manukan (0,4 km2)
  • Mamutik (0,053km2)
  • Sulug (0,129km2)

Difficile de choisir l'endroit parfait, celui qui est débarrassé des touristes de masse, celui qui donne l'impression d'être privilégié et seul au monde.

J'avais choisi un pass 2 îles, histoire de voir un peu du pays et de fuir la foule au cas ou...choix judicieux car la première île, Manukan Island m'a fait penser au Cap d'Agde en plein été, avec la foule des week end, mais, avec le charme des asiatiques en plus, le côté candide et spontané des familles ou autres couples venus profiter d'un petit paradis à moindre coût, sans ostentation ni suffisance, juste avec ce petit soupçon de naïveté rafraichissant. Néanmoins saoulé de bruits et de présence je suis parti retrouver un peu de solitude sur la petite île voisine de Sapi, un petit coin de terre, terrain de jeux des Varans au charme agréable des endroits "presque" oubliés...

J'ai été surpris de l'environnement marin car je m'attendais à une faune riche en poissons et corails mais j'ai vu un désert sous-marin et il ne m'a pas fallu longtemps pour comprendre et associer cela aux ravages de l'Homme...la pêche à la dynamite, ce fléau sans scrupule, cette conséquence de la mondialisation et de la productivité à outrance, cette tare psychanalytique de notre espèce à croitre et avancer sans cesse, coute que coute, à se croire immortelle en même temps qu'elle affiche sa terreur et son angoisse de disparaître, ce manque de maturité, de réflexion, de postulat, d'éducation appelez ça comme vous voulez, qui gangrène la nature humaine entrainée dans cette voie jusqu'à la lie et pire que tout, incapable de faire marche arrière.

Paysages de carte postale avec du sable bien blanc et bien chaud et un mer bien trop chaude aussi pour pouvoir se rafraîchir...une jeune demoiselle pour sa sortie dominicale avec ses parents !!!Paysages de carte postale avec du sable bien blanc et bien chaud et un mer bien trop chaude aussi pour pouvoir se rafraîchir...une jeune demoiselle pour sa sortie dominicale avec ses parents !!!
Paysages de carte postale avec du sable bien blanc et bien chaud et un mer bien trop chaude aussi pour pouvoir se rafraîchir...une jeune demoiselle pour sa sortie dominicale avec ses parents !!!Paysages de carte postale avec du sable bien blanc et bien chaud et un mer bien trop chaude aussi pour pouvoir se rafraîchir...une jeune demoiselle pour sa sortie dominicale avec ses parents !!!Paysages de carte postale avec du sable bien blanc et bien chaud et un mer bien trop chaude aussi pour pouvoir se rafraîchir...une jeune demoiselle pour sa sortie dominicale avec ses parents !!!
Paysages de carte postale avec du sable bien blanc et bien chaud et un mer bien trop chaude aussi pour pouvoir se rafraîchir...une jeune demoiselle pour sa sortie dominicale avec ses parents !!!Paysages de carte postale avec du sable bien blanc et bien chaud et un mer bien trop chaude aussi pour pouvoir se rafraîchir...une jeune demoiselle pour sa sortie dominicale avec ses parents !!!Paysages de carte postale avec du sable bien blanc et bien chaud et un mer bien trop chaude aussi pour pouvoir se rafraîchir...une jeune demoiselle pour sa sortie dominicale avec ses parents !!!

Paysages de carte postale avec du sable bien blanc et bien chaud et un mer bien trop chaude aussi pour pouvoir se rafraîchir...une jeune demoiselle pour sa sortie dominicale avec ses parents !!!

🌀

Nous sommes riches aussi de nos misères.

Antoine de SAINT-EXUPERY

 

Un périple différent des autres, peut être par le caractère insolite de la destination, la beauté décalée de l'endroit, l'articulation très nerveuse, ou encore le caractère insulaire du séjour, je ne saurais dire, en tout cas c'est une voyage très difficile à raconter, c'est plutôt quelque chose qu'il faut vivre et ressentir.

Un peu déçu de ne pas avoir vu d'Orang-Outan en "liberté" (excepté Danum), mais je ne mesurais pas pleinement les ravages de l'homme sur l'animal...sinon un merveilleux voyage qui résonne encore dans mes souvenirs à l'heure où j'écris ces mots et je mesure la chance d'avoir vécu cette Aventure, vu tant de beauté sur une destination peu connue mais que j'encourage fortement à découvrir...

J'en ressors encore plus conforté par l'idée que je me fais de la vie et sa subjectivité, j'éloigne tous les principes de suffisance et les schémas rigides et absurdes que l'on nous oblige à avaler durant notre vie, et temps qui passe oblige, je m'en remets au doute et à la pluralité des systèmes de pensées, au croisement des expériences et des références, pour l'aboutissement naturel d'une construction... et plus que tout de la nécessité de vivre au rythme de la nature...je m'aperçois que l'on passe sa vie à être surpris pour peu que l'on soit curieux, et vieillesse arrivant en courant, je prône l'ENVIE, l'envie de connaître, l'envie de s'émerveiller et surtout le plaisir d'apprendre...le monde est une école naturelle et un terrain de jeux à la mesure de l'imagination de l'enfant que nous ne cessons d'être mais que nous cachons par honte dans des habits d'adultes ridicules et parfois trop grands...grandir ce n'est pas jouer un rôle, c'est juste être nourri par la vie et ses secrets que l'on découvre en soulevant simplement les pierres qui sont sur notre chemin...  

La première fois de ma vie que je défile...
La première fois de ma vie que je défile...
La première fois de ma vie que je défile...
La première fois de ma vie que je défile...
La première fois de ma vie que je défile...
La première fois de ma vie que je défile...
La première fois de ma vie que je défile...
La première fois de ma vie que je défile...
La première fois de ma vie que je défile...

La première fois de ma vie que je défile...

L’impulsion du voyage est l’un des plus encourageants symptômes de la vie

Agnes REPPLIER

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article